Naissance des bijoux MIA PROVENCE

Les premiers bijoux bohèmes MIA PROVENCE sont nés au printemps 2016.

Alors que j’avais perdu mon emploi et que je cherchais de nouvelles voies à explorer, le micro-macramé est entré dans ma vie, tout d’abord pour occuper mon esprit. Puis, peu à peu, j’ai cherché à créer mes propres modèles, mon propre style en créant un bijou qui me ressemble.

Mes bijoux m’accompagnent depuis quelques mois maintenant. Ils sortent, les uns après les autres de mon esprit, souvent à l’improviste. Ils s’immiscent sous mes doigts semant le trouble dans un modèle pour y apporter une variante qui finalement change toute la donne.

L’inspiration

Mes bijoux sont gorgés de soleil et de couleurs. Ces couleurs qui se sont imposées à moi, petit à petit, comme si elles étaient des réminiscences de ma culture méditerranéenne.

Ce sont comme des évocations :

  • la mer, et ses bleus turquoise ou profonds comme dans les magnifiques calanques de Marseille,
  • les oranges, rouges et jaunes, comme le soleil bien sûr et les terres d’ocre du Vaucluse que j’aime tant ou les épices de nos marchés provençaux,
  • les bruns comme les branches des pins mouillées par nos trop rares pluies
  • et les gris et le noir, couleurs du soir, de l’orage qui gronde et des ténèbres.

Martine Didier,
Créatrice de MIA PROVENCE

Martine - MIA PROVENCE

Chaque bijou est un voyage qui dure entre 2 et 6 heures. Chaque fil est mesuré, coupé, chaque perle est choisie, rien n’est laissé au hasard : ni le petit pendentif en argent de la marque, ni le bouton final, ni même les perles stoppeuses qui sont comme des scellés qui marquent la fin du travail.

C’est pour cette raison que chaque bijou est unique. Il est la somme de centaines de nœuds répétitifs et pourtant tous différents, exécutés avec application, de dizaines de perles et surtout de temps, beaucoup de temps…

J’espère vraiment que vous aimerez porter mes bijoux au moins autant que j’ai aimé les fabriquer !

Et surtout, n’hésitez pas à me dire… et à en parler !!

Bracelet en micro-macramé